Amel Bouazza, MBA – CEO
Kanzy Medipharm inc

Une histoire Pur&Net

Au début de l’année, alors que la crise sanitaire mondiale commence à poindre. J’observe avec méfiance l’évolution de cette épidémie. Un nouveau coronavirus devenue en quelques jours une pandémie sans précédent. Il perturbe, ralentit, fauche des vies et paralyse la planète.

Incertitudes

Comme beaucoup d’entrepreneurs, je  suis habitée par une multitude de questions liées au sort de mon entreprise et celui des membres de mon équipe.

Allons-nous survivre à la COVID-19 et de ses effets sur l’économie?

Mi-mars, le Québec est mis en pause. Mes questionnements doublent d’intensité? Que faire? Céder et accepter l’aide offerte par le gouvernement ou rester debout pour faire face à la crise? Le combat étant un mode de vie. J’opte pour la solution la plus dure, mais la plus saine à mes yeux.

« Tenir son bout »

Alors que tous les pronostics plaident pour un effondrement de notre industrie si la situation vient à perdurer. Je me mets en mode solution. Il faut trouver le moyen de se maintenir à flot malgré le chaos annoncé.  Nous ne sommes pas les seuls dans cette situation, mais il faut sauver l’entreprise.

Je ne permettrai pas que  Kanzy Medipharm, qui offre des suppléments alimentaires sans hormones pour les animaux d’élevage et dont j’ai toujours été fière, soit emportée par ce tsunami.

Révélation 

Une fin de journée en quittant mon bureau, j’erre dans mes pensées sur la route de Saint-Jean sur Richelieu. Le soleil se couche sur fine ligne rougeâtre. Je m’arrête sur le bord du chemin pour immortaliser, au moyen de mon cellulaire, ce moment de grâce. Le décor : des terres agricoles à perte de vue.

La radio, qui diffuse en boucle des informations inquiétantes défilant en continu sur l’écran de mes angoisses, devient de moins en moins audible.

Et pendant un instant, je fixe l’horizon et vois cette lumière qui me manque.

Kanzy Medipharm fait partie de la solution

À Kanzy, on œuvre au bien-être des animaux d’élevage et des humains qui s’en nourrissent. On leur évite les affres des hormones. Cela a toujours été notre mission et il n’en sera pas différemment cette fois-ci.

À l’heure où l’on pense à un retour à une vie plus ou moins normale. On est certain que plus rien ne sera comme avant au travail, à l’école et même à la maison.

En addition au port du masque, recommandé désormais dans les commerces, le transport en commun et certains lieux de travail. Des gestes aussi simples que le lavage fréquent des mains deviennent incontournables. À défaut de savon, on se procure le désinfectant pour les mains.  

Un désinfectant qui vous protège et prend soin de vos mains

L’idée d’un produit désinfectant pour les mains, capable de tuer les germes sans nuire aux peaux sensibles, a germé  dans ma tête. Je viens de trouver le moyen d’apporter la contribution de kanzy Medipharm à l’effort de guerre. Oui lutter contre ce coronavirus est une guerre qui nécessite l’effort de tous.

Le marché manque de désinfectant et les nouvelles habitudes finiront par en faire un produit essentiel dans les années à venir.

Disposant d’une ligne de production, dans une industrie, où les normes sanitaires sont des plus rigoureuses et les plus exigeantes. Notre usine  m’apparaît alors bien outillée pour être de la partie.

Convaincre l’équipe

Après quelques heures de sommeil perturbé, je réunis mon équipe à l’usine pour lui faire part de l’idée née la veille. La réponse n’est pas immédiate, mais les regards sont révélateurs. Cela va de l’interrogation à l’enthousiasme prudent, sans oublier le sourire narquois plein de doutes.

Je reprends mon souffle, expose de nouveau mon idée en groupes restreints. Je mets à chaque fois plus d’ardeur pour vendre une idée à laquelle je crois chaque heure un peu plus.

Viennent alors les questions pratiques.

Nous ne serons pas seuls sur le marché. Comment  convaincre avec un produit qui se démarque?

L’Étape de la recherche est entamée et le réseau entrepreneurial est mis à contribution. La nécessité est de trouver la bonne formule pour un produit qui n’abîme pas les peaux sensibles. L’exigence: il faut qu’il soit hydratant et doux.

Il doit également répondre aux normes exigeantes de Santé Canada.

Un travail de recherche et de développement est engagé, en parallèle d’un exercice de conformité qui ne laisse pas de place à de l’improvisation. Les normes sont strictes et ne permettent pas d’erreur avant toute validation. Fort de certifications et reconnaissances déjà acquises au prix d’une rigoureuse discipline. Les premières livraisons de Pur&Net sont déjà appréciées par les clients.

À qui est destiné Pur&Net?

Testé puis approuvé par Santé Canada. Le désinfectant sous forme liquide et gel est disponible pour des clients désirant protéger leurs employés, leurs clients et leur milieu de travail.

Que ce soit dans les usines, où il est difficile de se laver les mains fréquemment, dans les bureaux , les garderies et les cliniques, le désinfectant se prête à différentes situations et peut convenir à plusieurs environnements. Son usage permet de se laver les mains rapidement procurant un sentiment de sécurité pour tous les citoyens.